BioChar Borealis: le charbon qui nous veut du bien

La Presse
Juin 28, 2018
Écrit par La Presse
BioChar Borealis: le charbon qui nous veut du bien
Crédit : Biochar Boréalis
L'IDÉE: les copeaux produits par les scieries qui font du bois d'oeuvre ont longtemps servi à fabriquer du papier. Avec le déclin du secteur des pâtes et papiers, ces copeaux ne trouvent plus de débouchés et s'accumulent par milliers de tonnes dans les régions forestières.

Le centre de recherche BioChar Borealis a t construit Mashteuiatsh, sur la rive ouest du lac Saint-Jean.

Le charbon naturel, ou « biochar », est un moyen de valoriser ces résidus et de diversifier l'industrie de la forêt. Contrairement au charbon fossile, cette poudre noire peut servir à toutes sortes d'usages bénéfiques pour l'environnement. Surtout, le biochar pourrait contribuer à assurer l'avenir des scieries et des usines de pâtes et papiers qui sont dans l'obligation de diversifier leur production.

QUI 

BioChar Borealis est le véhicule créé pour développer cette nouvelle filière au Québec. C'est la MRC du Domaine-du-Roy et la communauté autochtone de Mashteuiatsh qui ont financé les débuts de cet organisme à but non lucratif pour développer une nouvelle filière forestière.

Après trois ans de travail, le centre de recherche a vu le jour à Mashteuiatsh, sur la rive ouest du lac Saint-Jean. La technologie de pyrolyse qui a été retenue est celle de la firme française Etia. Agrinova, le centre de transfert de technologie associé au collège d'Alma, est responsable des activités de BioChar Borealis.

Lire la suite

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Centre d'abonnement

 
Nouvel abonnement
 
Vous êtes déjà abonné?
 
Service à la clientèle
 
Voir Digital Magazine Renouvellement

Les plus populaires

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience sur notre site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Pour en savoir plus, lisez notre politique de confidentialité.