Biomasse

Fortress Xylitol pourra compter sur l’appui financier des gouvernements du Québec et du Canada pour la réalisation d’une usine de démonstration de fabrication de xylitol à l’usine Fortress Cellulose Spécialisée à Thurso.
L'IDÉE: les copeaux produits par les scieries qui font du bois d'oeuvre ont longtemps servi à fabriquer du papier. Avec le déclin du secteur des pâtes et papiers, ces copeaux ne trouvent plus de débouchés et s'accumulent par milliers de tonnes dans les régions forestières.
En découvrant l’importante activité antimicrobienne de plusieurs composés chimiques extraits du peuplier faux tremble, des chercheurs de l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR) viennent de trouver une nouvelle façon de revaloriser l’immense quantité de résidus de bois générés par l’industrie forestière.
Le Centre écologique de Saint-Félicien pourrait accueillir une entreprise de haute technologie du domaine biomédical. Des pourparlers sont en cours entre l’entreprise Axcelon Biopolymers Corp, qui veut s’y établir, et la Ville. 
Depuis 15 ans, des scientifiques de l'UQAC cherchent dans la forêt boréale des molécules capables de nous soigner ou d'améliorer notre santé.
La semaine dernière, je participais à un séminaire à l’Université de Maastricht en Hollande. La thématique portait sur l’évaluation, en termes de développement durable, de bioproduits, c’est-à-dire issus de la biomasse. En effet, dans un contexte de lutte aux changements climatiques et d’économie verte, il devient impératif de substituer aux carburants fossiles des produits moins nocifs pour l’environnement planétaire. 
Une série d’articles publiée récemment sur les pertes engendrées par Hydro-Québec (HQ) pour soutenir la filière biomasse au Québec ont fait réagir les maires de Chapais, Saint-Félicien et Senneterre. Dans ces articles, on parle du cout d’achat de l’électricité produite par certaines papetières qui se situe bien au-dessus du prix de vente de l’électricité par HQ à ces mêmes papetières.
Des maisons dotées d'un système de chauffage à base de biomasse forestière seront construites à Sioux Lookout dans le Nord-Ouest ontarien d'ici 2020. L'annonce a été faite jeudi à l'issue de la première édition du Northern Housing Summit.
Le président et le directeur général de Bio Énergie La Tuque (BELT), Patrice Bergeron et Patrice Mangin estiment que leur projet va bon train.
La corporation Innovation et développement (ID) Manicouagan poursuit sa recherche de financement en vue de la création d’une coopérative forestière dans le créneau de la fabrication de granules. La réalisation du projet de 24 M$, qui créerait une vingtaine d’emplois, pourrait se concrétiser en 2019 ou 2020.
L'entreprise matapédienne PGR Fabrication Énergie vient de décrocher un important contrat, qui consiste à l'aménagement d'un système de chauffage à la biomasse forestière au Nordique Spa, situé à Stoneham.
Mécontent de la gestion du processus par Hydro-Québec, le Chef d'Opitciwan, Christian Awashish, va interpeller personnellement le PDG d'Hydro-Québec, Éric Martel, cette semaine afin de débloquer le projet de centrale à la biomasse forestière d'Opitciwan. Cet échange, crucial pour l'avenir du projet de centrale, aura lieu lors d'une rencontre tenue entre M. Martel et le Grand Chef et les Chefs de la Nation Atikamekw. 
L’industrie forestière semble, de plus en plus, reposer sur la diversification de la filière bois.
Le Fonds Biomasse Énergie, dont Fondaction est le gestionnaire, annonce avoir complété un investissement de 2 millions de dollars dans l'entreprise Granules LG afin de soutenir cet acteur incontournable dans le développement du volet granules de la filière de la biomasse forestière de la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean. Granules LG est le plus important fabricant de granules au Québec. Ses produits sont distribués dans de nombreuses régions de l'Est du Canada, ainsi qu'aux États-Unis et en Europe. 
L’un des usine de granule les plus importante de la province, Énergex, pourrait aussi remporter la palme des plus anciennes. Max Béraud, directeur de l’usine basée à Lac-Mégantic, n’hésite même pas à lui accoler l’étiquette « d’antiquité » !
La province et les citoyens du Nouveau-Brunswick pourraient miser davantage sur l’utilisation de biomasse – notamment le chauffage aux granules de bois – dans ses efforts de lutte aux changements climatiques.
« Il y a 20 ans, on produisait 4700 tonnes de granules. On en produit aujourd’hui autant en seulement deux semaines », lance fièrement Ken St-Gelais, directeur général de Granules LG. Les investissements récents dans les systèmes de contrôle et d’automatisation de l’usine de Saint-Félicien ont permis d’augmenter la cadence faisant passer la production annuelle de  109 000 à 120 000 tonnes en 2015. En 2016, la production devrait même atteindre 125 000 tonnes.
Pour stimuler la production de granules de bois québécois, Régis Labeaume propose d'utiliser cette biomasse pour chauffer un édifice municipal.

Centre d'abonnement

 
Nouvel abonnement
 
Vous êtes déjà abonné?
 
Service à la clientèle
 
Voir Digital Magazine Renouvellement

Les plus populaires

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience sur notre site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Pour en savoir plus, lisez notre politique de confidentialité.