Opérations Forestières

Nouvelles Nouvelles de l’industrie
Bénéfice net de 17M$ pour Résolu

Les résultats trimestriels sont encore remarquables pour les secteurs Produits du bois et Pâte commerciale selon l'entreprise


30 octobre 2014
Par Produits forestiers Résolu

Produits forestiers Résolu a annoncé aujourd’hui qu’elle a dégagé un bénéfice net, avant les éléments hors gestion courante, de 17 M$, soit de 0,18 $ par action, pour le trimestre clos le 30 septembre 2014. La Société avait dégagé un bénéfice net, avant les éléments hors gestion courante, de 29 M$, soit de 0,31 $ par action, pour le troisième trimestre de 2013. Les ventes du troisième trimestre de 2014 ont été de 1,1 G$, en baisse de 34 M$, ou 3 %, sur celles du trimestre correspondant de l’exercice précédent.

La perte nette selon les PCGR a été de 116 M$, soit de 1,23 $ par action, pour le troisième trimestre de 2014, en regard de la perte nette correspondante de 588 M$, soit de 6,22 $ par action, pour le troisième trimestre de 2013. Les résultats de 2013 avaient été fortement influencés par la charge fiscale ponctuelle hors trésorerie de 619 M$.

« Notre BAIIA ajusté continue de s’améliorer, trimestre après trimestre, grâce aux résultats du secteur Produits du bois, les meilleurs des dernières années, et à la vigueur soutenue du secteur Pâte commerciale, a mentionné Richard Garneau, président et chef de la direction. Notre secteur Produits du bois est en plein essor : notre usine de granules de bois située à Thunder Bay a amorcé sa phase de démarrage, notre scierie située à Ignace est sur le point d’être relancée à son tour et la construction de notre scierie située à Atikokan se poursuit selon l’échéancier prévu. Les volumes livrés de papier journal et de papiers pour usages spéciaux des neuf premiers mois de 2014 ont surpassé la tendance sectorielle, preuve tangible de notre avantage concurrentiel. Nous avons cependant dû procéder à des arrêts de production durant le troisième trimestre afin de réduire nos stocks de papier journal. En somme, nous avons déjà rempli notre engagement pris au trimestre précédent, soit de réduire nos stocks de produits finis de façon ordonnée dans tous nos secteurs, notamment dans le secteur Pâte commerciale. »

Advertisment

La définition des mesures financières hors PCGR, notamment les ajustements liés aux éléments hors gestion courante et le BAIIA ajusté, ainsi que leur rapprochement aux mesures financières selon les PCGR sont présentés ci-dessous.

Évolution des résultats d’exploitation sectoriels trimestriels par rapport au trimestre précédent

Pâte commerciale
Le secteur Pâte commerciale a dégagé un bénéfice d’exploitation de 21 M$ pour le troisième trimestre de 2014, en baisse de 3 M$ par rapport à celui du trimestre précédent. Le prix de vente moyen a fléchi de 24 $ la tonne métrique, soit de 3 %, pour s’établir à 701 $ la tonne métrique, principalement à cause de la baisse du prix de vente moyen des pâtes de feuillus, conséquence de l’incidence sur les marchés du démarrage de nouvelles installations de production de pâte d’eucalyptus. Les volumes expédiés du troisième trimestre se sont considérablement redressés par rapport aux volumes décevants des deux premiers trimestres de 2014. Ils ont été supérieurs de 29 000 tonnes métriques, soit de 9 %, à ceux du deuxième trimestre. Le niveau des stocks de produits finis a baissé de 21 000 tonnes métriques, soit de 18 %. Le coût de fabrication unitaire (le « coût livré ») a diminué de 7 $ par tonne métrique, soit de 1 %, en dépit de la hausse des frais de maintenance.

Produits du bois
Le bénéfice d’exploitation du troisième trimestre de 2014 du secteur Produits du bois s’est élevé à 24 M$, une amélioration de 9 M$ par rapport au résultat d’exploitation du deuxième trimestre de 2014. Il s’agit du meilleur résultat trimestriel depuis 2007, début du ralentissement du marché de la construction domiciliaire aux États-Unis. Les volumes expédiés se sont maintenus grâce à la vigueur de la demande même si le nombre de mises en chantier de logements aux États-Unis n’a progressé que lentement. Les stocks de produits finis ont diminué de 19 % durant le troisième trimestre, baisse qui s’ajoute à celle de 13 % durant le deuxième trimestre. Le prix de vente moyen a progressé de 10 $ le millier de pieds-planche, soit de 3 %, résultat de la hausse du prix de vente du bois de colombage et du bois de dimension de longueurs variées. Le coût livré du troisième trimestre de 2014 a baissé de 4 %, soit de 13 $ par millier de pieds-planche, par rapport à celui du trimestre précédent, principalement parce que la Société a comptabilisé des crédits d’impôt additionnels liés à des investissements en infrastructure.

Au cours du mois d’octobre, la Société a amorcé la phase de démarrage de sa nouvelle usine de granules de bois située à Thunder Bay. Aux termes d’une entente de dix ans, cette usine fournira 45 000 tonnes métriques par année de granules de bois à la centrale électrique de l’Ontario Power Generation, située à Atikokan, soit la plus importante centrale électrique d’Amérique du Nord alimentée exclusivement de biomasse.

Papier journal
Pour le secteur Papier journal, le bénéfice d’exploitation du troisième trimestre de 2014 a été de 5 M$, une baisse de 13 M$ par rapport au résultat d’exploitation du deuxième trimestre de 2014. Les volumes expédiés ont diminué 27 000 tonnes métriques, soit de 4 %, par rapport au trimestre précédent, surtout en raison des arrêts de production liés au marché et des problèmes d’approvisionnement en fibres de bois dans les usines dont les produits sont destinés aux marchés intérieurs. Ainsi, les volumes de papier journal expédiés vers les marchés intérieurs se sont élevés à 58 % du total pour le troisième trimestre de 2014, comparativement à 60 % pour le trimestre précédent. Le prix de vente moyen du papier journal a fléchi d’à peine 1 %, résultat de l’érosion continue des prix dans certains marchés d’exportation. Le coût livré a augmenté de 14 $ par tonne métrique, soit de 2 %, par rapport au deuxième trimestre. L’augmentation est principalement attribuable au moindre apport de la centrale de cogénération située à Thunder Bay, où l’arrêt de production annuelle a duré plus longtemps que prévu, ainsi que du bris d’une turbine et de la baisse de la production découlant des pannes répétées du réseau électrique qui alimente l’usine. En revanche, la comptabilisation pour le troisième trimestre d’une subvention incitative aux économies d’énergie dans le sud-est des États-Unis a partiellement contrebalancé cette hausse. Les stocks de produits finis ont diminué de 19 000 tonnes métriques, soit de 13 %.

Papiers pour usages spéciaux
Pour le troisième trimestre de 2014, le secteur Papiers pour usages spéciaux a dégagé un bénéfice d’exploitation de 6 M$, soit 9 M$ de plus que pour le trimestre précédent. Le prix de vente moyen a fléchi d’à peine 1 %, principalement à cause de la baisse des prix dans le créneau des papiers blancs haut de gamme. Les volumes expédiés du secteur se sont accrus de 2 %, soit de 11 000 tonnes courtes, grâce à la poussée saisonnière de la demande coutumière au troisième trimestre, notamment dans les papiers haut de gamme. Le coût livré du troisième trimestre de 2014 s’est établi à 700 $ par tonne courte, en baisse de 23 $ par tonne courte, soit de 3 %, par rapport au trimestre précédent, principalement en raison de l’échéancier des arrêts de production pour maintenance. La Société a augmenté ses stocks de produits finis de 7 % durant le troisième trimestre, afin de satisfaire la hausse saisonnière habituelle de la demande. La fermeture de l’usine Laurentide située à Shawinigan, au Québec, à la mi-octobre, réduira de 210 000 tonnes courtes notre capacité de production annuelle de papiers satinés.

Évolution des résultats d’exploitation consolidés trimestriels par rapport au trimestre correspondant de l’exercice précédent
La Société a subi une perte d’exploitation de 40 M$ pour le troisième trimestre de 2014, en regard d’un bénéfice d’exploitation de 36 M$ pour le trimestre correspondant de l’exercice précédent. Dans l’ensemble, les prix de vente des produits pour le troisième trimestre de 2014 ont été plus élevés que ceux du trimestre correspondant de 2013, grâce aux hausses de 13 % du prix de vente moyen des produits du bois et de 4 % de celui de la pâte commerciale, hausses ayant été en partie contrebalancées par la baisse de 4 % du prix de vente moyen des papiers pour usages spéciaux et de 3 % de celui du papier journal. Les volumes expédiés de produits du bois et de papiers pour usages spéciaux ont augmenté de 1 %. Ceux de la pâte commerciale ont diminué de 9 % principalement en raison de la consommation interne accrue de pâte de feuillus et des arrêts de production liés au marché de la pâte kraft blanchie à base de fibres recyclées. Enfin, les volumes expédiés de papier journal ont fléchi de 5 %, conséquence de la diminution des volumes destinés aux marchés d’exportations comparativement au trimestre correspondant de l’exercice précédent.

Dans l’ensemble, les coûts de fabrication sont restés essentiellement stables, la baisse des charges de retraite et d’avantages complémentaires de retraite et la comptabilisation d’une subvention incitative aux économies d’énergie dans le sud-est des États-Unis ayant été compensée par la hausse des prix du gaz naturel, par la perte de valeur des stocks liée à la fermeture définitive de l’usine Laurentide, par la hausse des coûts de la fibre de bois et par la baisse de l’apport des centrales de cogénération. La baisse du dollar canadien a eu une incidence favorable de 15 M$ sur le bénéfice d’exploitation.

La Société a inscrit une charge de 85 M$ pour le troisième trimestre de 2014, au titre de l’amortissement accéléré et d’autres frais, charge presque entièrement liée à l’usine Laurentide. Elle a également inscrit une charge de 50 M$ découlant de la perte de valeur de sa participation de 40 % dans la société en commandite non consolidée Ponderay Newsprint Company, dont elle est responsable de la gestion. Le montant des frais de vente, frais généraux et frais d’administration du troisième trimestre a crû de 3 M$, principalement en raison de l’augmentation de la provision pour créances douteuses.

Perspectives
« Nous prévoyons démarrer notre scierie située à Ignace d’ici la fin de l’exercice; nous mettrons au point son processus de fabrication et produirons ses stocks de base de produits finis graduellement durant le premier trimestre de 2015; nous poursuivrons les gains d’efficacité tout au long du prochain exercice, a ajouté Richard Garneau. L’atelier de rabotage à haut débit de notre nouvelle scierie située à Atikokan commencera à traiter le bois d’œuvre de la scierie située à Ignace au cours du premier trimestre de 2015, alors que le démarrage de sa propre chaine de sciage devrait se faire au cours du trimestre suivant. Selon nos prévisions, ces scieries devraient générer des résultats positifs dès le troisième trimestre de 2015. Le lancement de ces nouvelles exploitations se réalise à un moment très opportun, car le marché des produits du bois jouit à l’heure actuelle d’une demande soutenue, en dépit de la lente progression du nombre de mises en chantier de logements aux États-Unis.

Le marché de la pâte commerciale continue de s’adapter à la mise en service de nouvelles installations de fabrication de pâte de feuillus. Cependant, en raison de la résilience du marché depuis le début de l’exercice, nous manifestons un optimisme prudent. Dans le secteur Papiers pour usages spéciaux, on constate un essoufflement de la tendance à la baisse des prix des papiers couchés de pâte mécanique et des papiers satinés. Nous espérons que les annonces récentes de rationalisation de la capacité de production dans ce secteur d’activité contribueront à atténuer la pression sur les prix qui a eu cours jusqu’à maintenant, pression qu’ont causée les faibles taux d’utilisation de la capacité de production. Dans le secteur Papier journal, la faiblesse récente de la demande nous a obligés à mettre temporairement hors service quelques-unes de nos installations, notamment certaines usines situées au Québec qui sont aux prises avec des coûts élevés du bois et avec des problèmes d’approvisionnement en fibres de bois découlant de la mise en œuvre du nouveau régime de gestion forestière. Nous restons persuadés que la taille de notre plateforme d’exploitation, notre solidité financière et nos coûts de fabrication concurrentiels nous permettront d’affronter avec succès les conditions difficiles des marchés. »

 

Mise en garde concernant les énoncés de nature prospective
L’information contenue dans le présent communiqué de presse et fournie lors de la conférence téléphonique portant sur les résultats annoncés ci-dessus, autre que les résultats publiés ou autre information historique de Produits forestiers Résolu Inc., renferme des « énoncés de nature prospective » au sens de la Private Securities Litigation Reform Act of 1995. Ceux-ci incluent, notamment, des énoncés sur nos efforts continus pour réduire nos coûts et augmenter nos ventes et nos bénéfices, notamment en ce qui a trait à nos mesures de réduction de nos frais généraux et de nos frais de vente et d’administration, sur nos perspectives d’affaires et d’exploitation, sur notre évaluation des conditions du marché, sur nos projets, sur nos stratégies de croissance et sur notre secteur d’activité ainsi que sur nos stratégies pour atteindre nos objectifs de manière générale. Ces énoncés de nature prospective se reconnaissent à l’utilisation de termes prospectifs comme « devrait », « pourrait », « sera », « pourra », « prévoit », « croit », « estime », « tente », « projette » ou d’autres termes ayant un sens similaire indiquant des événements éventuels ou une incidence éventuelle sur les activités de Résolu ou sur ses actionnaires.

Le lecteur est mis en garde de ne pas se fier indûment à ces énoncés de nature prospective, car ces énoncés ne constituent pas une garantie relative aux rendements futurs. Ils sont fondés sur les hypothèses, opinions et prévisions actuelles de la direction, toutes elles-mêmes exposées à nombre de risques et d’incertitudes, qui peuvent faire en sorte que les résultats réels de Résolu diffèrent considérablement de ceux contenus dans des énoncés de nature prospective. Ces risques et incertitudes qui pourraient faire en sorte que notre situation financière, nos résultats d’exploitation et nos rendements futurs réels diffèrent considérablement de ceux explicitement ou implicitement énoncés dans le présent communiqué de presse et déclarés lors de la conférence téléphonique mentionnée ci-dessus comprennent ceux décrits dans la rubrique 1A, intitulée « Facteurs de risque », de la première partie du rapport annuel sur formulaire 10-K de la Société pour l’exercice clos le 31 décembre 2013.

Tous les énoncés prospectifs contenus dans le présent communiqué de presse et déclarés lors de la conférence téléphonique annoncée ci-dessus sont faits expressément sous réserve des informations contenues dans les documents déposés par Résolu auprès de la Securities and Exchange Commission des États-Unis et des autorités réglementaires canadiennes en matière de valeurs mobilières. Résolu ne reconnaît aucune obligation de mettre à jour ces énoncés de nature prospective ou de les réviser, que ce soit à la suite de nouvelles informations ou d’événements futurs, sauf si cela est requis par la loi.