Opérations Forestières

Nouvelles Nouvelles de l’industrie
Bénéfice net de 107 M$ pour Résolu au 4e trimestre

Les ventes lors de l'exercice 2013 ont atteint 4,5 milliards de dollars.


6 février 2014
Par Produits forestiers Résolu

MONTRÉAL, le 6 févr. 2014 – Produits forestiers Résolu a annoncé aujourd’hui qu’elle a dégagé un bénéfice net, compte non tenu des éléments hors gestion courante (746 M$), de 107 M$ pour l’exercice clos le 31 décembre 2013, en hausse de 24 % sur le résultat correspondant de l’exercice 2012. Les ventes de l’exercice 2013 ont été de 4,5 G$, chiffre comparable à celui de l’exercice précédent. Le bénéfice par action, compte non tenu des éléments hors gestion courante (7,88 $ par action), s’est élevé à 1,13 $ pour l’exercice 2013, soit 28 % de plus que pour l’exercice 2012. La perte nette selon les PCGR a été de 639 M$ pour l’exercice 2013, soit 6,75 $ par action, en regard du bénéfice net correspondant de 1 M$, soit 0,01 $ par action, pour l’exercice 2012.
Le bénéfice net du quatrième trimestre de 2013, compte non tenu des éléments hors gestion courante (35 M$), a été de 32 M$, soit de 0,34 $ par action, en hausse de 13 % par rapport au résultat correspondant du quatrième trimestre de 2012. La perte nette selon les PCGR a été de 3 M$ pour le quatrième trimestre de 2013, soit de 0,03 $ par action, en regard de la perte nette correspondante de 45 M$, soit de 0,47 $ l’action, pour le quatrième trimestre de 2012. Les ventes du quatrième trimestre de 2013 ont été de 1,2 G$, chiffre supérieur de 2 % à celui du quatrième trimestre de 2012.

« Nos secteurs Pâte commerciale et Produits du bois ont dégagé 45 % de notre BAIIA ajusté de l’exercice 2013, a mentionné Richard Garneau, président et chef de la direction. Grâce à notre portefeuille d’actifs diversifié, le redressement de la situation dans les marchés de la pâte commerciale et des produits du bois a compensé les difficultés qu’ont connues les marchés des papiers. Nous avons mis en œuvre des mesures importantes pour faire croître ces secteurs d’activités, par des acquisitions et de nouveaux investissements. Parallèlement, nous avons optimisé nos installations de fabrication de papier afin d’augmenter leur taux d’utilisation et de maximiser les marges bénéficiaires. Nous avons continué à mettre l’accent sur la maîtrise de nos coûts afin d’améliorer notre capacité à générer des bénéfices. »

Le rapprochement des mesures financières hors PCGR est présenté ci-dessous, notamment en ce qui a trait aux ajustements des éléments hors gestion courante et du BAIIA ajusté.

Advertisment

ÉVOLUTION DES RÉSULTATS D’EXPLOITATION CONSOLIDÉS

La Société a subi une perte d’exploitation de 2 M$ pour l’exercice 2013, en regard d’une perte d’exploitation de 28 M$ pour l’exercice 2012. Cette amélioration a été réalisée, en dépit de la baisse des prix des produits et des volumes expédiés, grâce à l’amélioration des coûts de fabrication (30 M$) et à la dépréciation du dollar canadien (40 M$). L’augmentation des prix des produits du bois et de la pâte commerciale n’a pas été suffisante pour compenser entièrement la faiblesse des prix des papiers durant l’exercice 2013. La diminution des coûts de fabrication est attribuable aux mesures d’optimisation des actifs de production et de réorganisation des usines de la Société et à l’incidence favorable des ventes à des tiers de l’électricité produite par les nouvelles centrales de cogénération, facteurs partiellement compensés par l’augmentation des charges de maintenance, des coûts du carburant découlant de la hausse des prix du gaz naturel et des coûts de la matière ligneuse. L’augmentation du total des volumes expédiés pour l’exercice 2013, par rapport à l’exercice 2012, découle surtout de l’acquisition de Fibrek Inc. en mai 2012. Le montant des frais de fermeture, pertes de valeur et autres charges connexes a diminué de 96 M$ en raison de l’échéancier de mise en œuvre des mesures d’optimisation des actifs de production et de réorganisation des usines de la Société. Par ailleurs, le montant des frais de vente, frais généraux et frais d’administration de l’exercice 2013 s’est accru (17 M$), surtout en raison des crédits inscrits pour l’exercice 2012.

ÉVOLUTION DES RÉSULTATS D’EXPLOITATION SECTORIELS

Avec une mise en vigueur à compter du quatrième trimestre de 2013, la Société a intégré les activités de son secteur Papiers couchés à son secteur Papier pour usages spéciaux. Le regroupement de ces deux secteurs représente mieux les analyses internes faites par la direction, compte tenu de l’interchangeabilité accrue entre les papiers satinés et les autres sortes de papier, et de l’importance décroissante des papiers couchés dans la combinaison des produits de la Société. Les informations comparatives des périodes antérieures, notamment celles présentées dans le présent communiqué de presse, ont été modifiées afin de tenir compte de la nouvelle présentation des secteurs isolables.

Papier journal

Le bénéfice d’exploitation du quatrième trimestre de 2013 du secteur Papier journal s’est élevé à 19 M$, chiffre de 6 M$ supérieur à celui du troisième trimestre de 2013. Les volumes expédiés et le prix de vente moyen sont restés essentiellement les mêmes. Le marché nord-américain a accaparé 59 % du total des volumes expédiés, alors que les marchés d’exportation ont connu une certaine amélioration, bien qu’ils demeurent instables. En dépit de l’augmentation de la consommation de carburant par les usines canadiennes causée par les températures hivernales, le coût de fabrication unitaire (le « coût livré ») du quatrième trimestre de 2013 a diminué de 2 %, par rapport à celui du trimestre précédent, pour s’établir à 579 $ par tonne métrique, en raison de la baisse saisonnière du coût de l’électricité dans le sud-est des États-Unis, de l’augmentation de la production des centrales de cogénération de la Société, de même que de l’inscription d’un ajustement favorable du coût de l’électricité.

Le secteur Papier journal a dégagé un bénéfice d’exploitation de 40 M$ pour l’exercice 2013, en baisse de 57 M$ sur celui de l’exercice 2012, le prix de vente moyen ayant chuté de 6 %, soit de 37 $ la tonne métrique, et les volumes expédiés, de 4 %. La diminution des volumes expédiés découle des mesures d’optimisation des actifs de production visant à adapter la production au contexte du marché mises en œuvre par la Société, notamment les fermetures de deux machines à papier journal, en partie contrebalancées par la remise en service de l’usine de Gatineau, au Québec. Ces mesures, combinées à l’incidence des ventes à des tiers de l’électricité produite par les nouvelles centrales de cogénération, à la dépréciation du dollar canadien et à la chute des prix des copeaux de bois, ont conduit à la réduction de 15 $ du coût livré par tonne métrique pour l’exercice 2013, par rapport à l’exercice 2012.

Papiers pour usages spéciaux

Le bénéfice d’exploitation du secteur Papiers pour usages spéciaux s’est élevé à 11 M$ pour le quatrième trimestre de 2013, soit 3 M$ de moins que pour le trimestre précédent. Les volumes expédiés ont crû de 3 %, principalement grâce aux ventes saisonnières de papiers satinés, tandis que le prix de vente moyen est resté stable d’un trimestre à l’autre, résultat net de l’augmentation du prix des substituts des papiers non couchés de pâte maigre et de la diminution du prix des papiers couchés de pâte mécanique. Le coût livré a augmenté de 1 %, pour atteindre 718 $ par tonne courte, à cause de la consommation accrue saisonnière de carburant au Québec et de la hausse des frais de maintenance, partiellement compensée par la baisse des coûts de l’électricité et des matières premières.

Pour l’exercice 2013, le secteur Papiers pour usages spéciaux a dégagé un bénéfice d’exploitation de 35 M$, soit 50 M$ de moins que pour l’exercice 2012, les volumes expédiés ayant chuté de 11 %, soit de 217 000 tonnes courtes, et le prix de vente moyen ayant baissé de 2 %. La réduction des volumes expédiés est attribuable aux mesures de réorganisation de la production et d’optimisation des actifs de fabrication visant à adapter la production au contexte du marché. Parmi ces mesures, on note la mise hors service temporaire ou la fermeture de trois machines, en partie contrebalancée par le redémarrage d’une machine à Dolbeau, au Québec. En dépit de la hausse des coûts de maintenance et des approvisionnements en bois dans le sud-est des États-Unis causé par des pluies abondantes, la Société a réduit son coût de fabrication de 21 M$, grâce à des économies d’utilisation de pâte kraft et de produits chimiques servant au couchage du papier, aux ventes à des tiers d’électricité produite par ses nouvelles centrales de cogénération, à la dépréciation du dollar canadien et à la diminution des frais de main-d’œuvre. Malgré ce progrès, le coût livré a augmenté de 1% en raison de la baisse des volumes expédiés.

Pâte commerciale

Le secteur Pâte commerciale a dégagé un bénéfice d’exploitation de 16 M$ pour le quatrième trimestre de 2013, soit 5 M$ de moins que pour le trimestre précédent. Les volumes expédiés ont progressé de 5 %, soit de 18 000 tonnes métriques. Le coût livré a cru de 3 % pour atteindre 639 $ par tonne métrique, principalement en raison de l’augmentation des frais de maintenance, notamment en raison du manque à gagner sur les ventes d’électricité à des tiers provenant des centrales de cogénération, de la consommation de carburant par les usines canadiennes et du coût des approvisionnements en bois des usines américaines en raison des pluies abondantes. Les stocks ont chuté de 21 %, pour s’établir à 81 000 tonnes métriques à la fin de l’exercice 2013, leur niveau le plus bas depuis l’acquisition de Fibrek.

Le bénéfice d’exploitation du secteur Pâte commerciale a été de 42 M$ pour l’exercice 2013, en regard d’une perte d’exploitation de 43 M$ pour l’exercice 2012. Les volumes expédiés ont crû de 26 % par rapport à l’exercice 2012, principalement à la suite de l’acquisition de Fibrek, dont les activités ont été comptabilisées durant quatre mois de plus pour 2013 que pour 2012, compte tenu de la date de l’acquisition. L’augmentation du taux d’utilisation de l’usine de Saint-Félicien, au Québec, qui s’explique par sa mise hors service pour une longue période en 2012 afin d’en améliorer l’efficacité environnementale, a également contribué à la croissance des volumes expédiés. Compte non tenu de l’incidence des activités de Fibrek, les volumes expédiés ont crû de 7 % à la faveur de conditions de marchés avantageuses. Le prix de vente moyen de l’exercice 2013 a été de 2 % supérieur, soit 16 % la tonne métrique, à celui de l’exercice 2012. Le coût livré a diminué de 7 %, soit de 46 $ la tonne métrique. Cette diminution s’explique par la réduction du coût des copeaux de bois et du papier de récupération, par les ventes à des tiers de l’électricité produite par les nouvelles centrales de cogénération et par la baisse des coûts liée à la mise hors service de l’usine de Saint-Félicien. En contrepartie, le coût du bois a augmenté dans le sud-est des États-Unis en raison des pluies abondantes et de la hausse des prix du gaz naturel.

Produits du bois

Alors que le secteur Produits du bois avait tout juste atteint le seuil de rentabilité pour le troisième trimestre de 2013, il a dégagé un bénéfice d’exploitation de 9 M$ pour le quatrième trimestre de 2013. Le prix de vente moyen a crû de 7 %, soit de 26 $ le millier de pieds-planche. Les volumes expédiés ont diminué de 9 % par rapport au niveau élevé du troisième trimestre. Le coût livré est resté stable à 353 $ par millier de pieds-planche. Les stocks de produits finis ont augmenté de 15 % en raison de la chute de la demande en novembre.

Le secteur Produits du bois a dégagé un bénéfice d’exploitation de 41 M$ pour l’exercice 2013, en hausse de 15 M$ par rapport à celui de l’exercice 2012. Le prix de vente moyen a crû de 11 %, soit de 37 $ le millier de pieds-planche et les volumes expédiés ont augmenté de 3 %, grâce à des conditions de marché avantageuses, le nombre de logements de mis en chantier aux États-Unis durant 2013 étant de 18 % supérieurs à ceux de 2012. Le coût livré a augmenté de 8 %, soit de 26 $ le millier de pieds-planche, principalement à cause du coût des billes de bois touché par l’accroissement des droits de coupe et autres coûts découlant des changements importants apportés au régime forestier au Québec, ainsi que par la baisse du prix de cession interne des copeaux de bois.

SIÈGE SOCIAL ET INITIATIVES FINANCIÈRES

« Grâce à la montée générale des taux d’intérêt, aux taux de rendement élevés des actifs des régimes de retraite, aux cotisations versées à ces régimes au cours de 2013, à l’incidence favorable des taux de change et aux modifications apportées aux régimes d’avantages complémentaires de retraite, le montant net des obligations au titre des prestations des régimes de retraite et d’avantages complémentaires de retraite inscrites à notre bilan ont diminué de 672 M$ durant 2013, a mentionné Jo-Ann Longworth, première vice-présidente et chef des services financiers. Nous prévoyons que les gouvernements du Québec et de l’Ontario mettront en vigueur au cours des prochains mois une réglementation conforme aux ententes de principe que nous avons signées en 2013 avec les parties prenantes du Québec et de l’Ontario. Cette réglementation remplacera les mesures correctrices par des cotisations supplémentaires raisonnables en plus des exigences de financement normales, ce qui se soldera par des cotisations stables, prévisibles et raisonnables pour renflouer nos régimes de retraite. Par conséquent, nous avons versé par anticipation des cotisations de 30 M$ à nos régimes de retraite canadiens au cours du quatrième trimestre de 2013, soit le montant de cotisations additionnelles que nous aurions dû verser si la nouvelle réglementation avait déjà été en vigueur. Le total de nos cotisations aux différents régimes de retraite a été de 155 M$ pour 2013, montant conforme à notre estimation antérieure. »

Comme il a été décrit auparavant, la Société a réduit de 619 M$ la valeur comptable des actifs d’impôts futurs inscrits à son bilan au cours du troisième trimestre de 2013. Ce montant a été rajusté à 604 M$ au cours du quatrième trimestre de 2013. La réduction a trait aux actifs liés aux activités de la Société aux États-Unis. Elle s’est traduite par une charge d’impôts ponctuelle hors trésorerie d’un montant équivalent. La comptabilisation de cette réduction ne modifie aucunement la situation fiscale de la Société ni ne modifie sa capacité à utiliser ses pertes fiscales cumulatives.

PERSPECTIVES

« Nos usines de papier journal ont tourné presque à plein régime durant le quatrième trimestre de 2013; nous prévoyons maintenir cette cadence durant le premier trimestre de 2013, en dépit du repli saisonnier de la demande, a ajouté Richard Garneau. Grâce à notre taille importante, à notre bonne santé financière et à notre portefeuille d’actifs de production à faibles coûts, nous sommes en mesure de pouvoir servir nos clients avec fiabilité et constance à long terme. Nous entrevoyons une légère baisse des volumes expédiés de papiers pour usages spéciaux, baisse cependant conforme aux tendances saisonnières. En effet, la demande de papiers satinés devrait diminuer par rapport au sommet saisonnier du quatrième trimestre, tandis que le marché des papiers couchés devrait continuer de souffrir de la faiblesse de la demande et de son interchangeabilité avec d’autres sortes de papier. Nos stocks de pâte commerciale ont diminué de cinq jours de livraison durant le quatrième trimestre. Il est vrai que les récentes annonces d’augmentation de prix de la pâte commerciale ne se sont pas encore fait sentir dans notre prix de vente moyen, principalement en raison de notre combinaison de produits, mais nous prévoyons que l’amélioration du marché se manifestera concrètement dans les résultats du premier trimestre de 2014, notamment pour la pâte de résineux et pour la pâte faite à base de fibres recyclées. L’ajout prévu de nouvelles capacités de production à l’échelle mondiale, notamment pour la pâte de feuillus, jette cependant une ombre sur la situation de marché durant le deuxième semestre de 2014. Fort de la poussée du nombre de logements mis en chantier aux États-Unis, nous prévoyons que les prix et les volumes expédiés des produits du bois pour le premier trimestre de 2014 se maintiendront près des niveaux de ceux du quatrième trimestre de 2013. Toutefois, la tendance haussière des coûts devrait perdurer à cause de la baisse des quotas d’approvisionnements et des charges additionnelles imposées aux producteurs à la suite des changements importants apportés au nouveau régime forestier du Québec. En général, les coûts étant fortement influencés par des facteurs saisonniers, la présente saison hivernale s’avère particulièrement difficile à cet égard, non seulement au chapitre des coûts de l’énergie, mais aussi à cause des contraintes imposées à notre réseau de distribution au Canada et aux États-Unis par les facteurs météorologiques. En outre, certaines usines seront forcées d’interrompre leur production devant la sévérité exceptionnelle des conditions climatiques dans certaines régions, notamment dans le sud-est des États-Unis. »

CONFÉRENCE TÉLÉPHONIQUE PORTANT SUR LES RÉSULTATS

La direction de la Société commentera ses résultats financiers à l’occasion d’une conférence téléphonique qui se tiendra aujourd’hui, le 6 février 2014, à 9 heures HNE. Le public est invité à prendre part à la téléconférence en composant le 1-888-789-9572, puis le code d’accès 9499887 au moins quinze minutes avant l’heure prévue de la téléconférence. La téléconférence sera également diffusée en direct à partir du site Web de la Société (www.pfresolu.com). Pour y accéder, il suffit de cliquer sur le lien Présentations et webdiffusions de l’onglet Investisseurs de la page d’accueil. Par la suite, l’enregistrement de la téléconférence sera accessible à partir du site Web de la Société. Il sera aussi accessible par téléphone jusqu’au 20 février 2014 en composant le 1-800-408-3053 et en fournissant le code d’accès 1985375.

DESCRIPTION DES ÉLÉMENTS HORS GESTION COURANTE

Éléments hors gestion courante, après impôts (en millions) Quatrième
trimestre
de 2013 Exercice
2013 Quatrième
trimestre
de 2012 Exercice
2012
Écart de conversion défavorable (favorable) 17 $ 26 $ 3 $ (23) $
Indemnités de départ – – 1 4
Frais de fermeture, pertes de valeur et autres charges connexes 24 59 64 116
Perte de valeur des stocks découlant de fermetures 4 7 4 7
Frais de redémarrage d’une usine hors de service 1 23 6 10
Gain net à la cession d’actifs – (2) (6) (22)
Frais de transaction – 5 1 8
Autres charges (produits), montant net 4 (14) (2) (2)
Éléments fiscaux hors trésorerie liés à la restructuration et autres éléments fiscaux hors trésorerie – – 3 (13)
Charge (produit) d’impôts pour moins-value des actifs d’impôts futurs des États-Unis (15) 604 – –
Perte nette au remboursement d’un titre de créance – 38 – –
Total 35 $ 746 $ 74 $ 85 $

Le rapprochement des mesures financières hors PCGR est présenté ci-dessous, notamment en ce qui a trait aux ajustements des éléments hors gestion courante.

Mise en garde concernant les énoncés de nature prospective

L’information contenue dans le présent communiqué de presse et fournie lors de la conférence téléphonique portant sur les résultats annoncés ci-dessus, autre que les résultats publiés ou autre information historique de Produits forestiers Résolu inc., renferme des « énoncés de nature prospective » au sens de la Private Securities Litigation Reform Act of 1995. Ceux-ci incluent, notamment, des énoncés sur nos efforts de mener à bien des mesures de réduction des exigences de financement de nos principaux régimes de retraite enregistrés au Canada, sur nos efforts continus pour réduire nos coûts et augmenter nos produits et nos bénéfices, notamment en ce qui a trait à nos mesures de réduction de nos frais généraux et de nos frais de vente et d’administration, sur nos perspectives d’affaires et d’exploitation, sur notre évaluation des conditions du marché, sur nos projets, sur nos stratégies de croissance et sur notre secteur d’activité ainsi que sur nos stratégies pour atteindre nos objectifs de manière générale. Ces énoncés de nature prospective se reconnaissent à l’utilisation de termes prospectifs comme « devrait », « pourrait », « sera », « pourra », « prévoit », « croit », « estime », « tente », « projet » ou d’autres termes ayant un sens similaire indiquant des événements éventuels ou une incidence éventuelle sur les activités de Résolu ou sur ses actionnaires.

Le lecteur est mis en garde de ne pas se fier indûment à ces énoncés de nature prospective, car ces énoncés ne constituent pas une garantie relative aux rendements futurs. Ils sont fondés sur les hypothèses, opinions et prévisions actuelles de la direction, toutes elles-mêmes exposées à nombre de risques et d’incertitudes, qui peuvent faire en sorte que les résultats réels de Résolu diffèrent considérablement de ceux contenus dans des énoncés de nature prospective. Ces risques et incertitudes qui pourraient faire en sorte que notre situation financière, nos résultats d’exploitation et nos rendements futurs réels diffèrent considérablement de ceux explicitement ou implicitement énoncés dans le présent communiqué de presse et déclarés lors de la conférence téléphonique mentionnée ci-dessus comprennent ceux décrits dans la rubrique 1A, « Facteurs de risque », de l’annexe 99.4 du rapport récent de Résolu sur formulaire 8-K qui a été déposé le 24 avril 2013 auprès de la Securities and Exchange Commission des États-Unis et des autorités de réglementation des valeurs mobilières du Canada.

Tous les énoncés prospectifs contenus dans le présent communiqué de presse et déclarés lors de la conférence téléphonique annoncée ci-dessus sont faits expressément sous réserve des informations contenues dans les documents déposés par Résolu auprès de la Securities and Exchange Commission des États-Unis et des autorités réglementaires canadiennes en matière de valeurs mobilières. Résolu ne reconnaît aucune obligation de mettre à jour ces énoncés de nature prospective ou de les réviser, que ce soit à la suite de nouvelles informations ou d’événements futurs, sauf si cela est requis par la loi.

Produits forestiers Résolu en bref

Produits forestiers Résolu (« Résolu ») est un chef de file mondial de l’industrie des produits forestiers offrant une grande variété de produits, notamment du papier journal, des papiers d’impression commerciale, de la pâte commerciale et des produits du bois. La Société possède ou exploite plus de 40 usines de pâtes, de papiers et de produits du bois aux États-Unis, au Canada et en Corée du Sud, ainsi que des centrales électriques au Canada. Elle commercialise ses produits dans près de 90 pays. De plus, des experts indépendants ont certifié que la totalité des terrains forestiers sous la gestion de Résolu sont conformes à au moins l’une des trois normes internationales reconnues d’aménagement forestier durable. Les actions de Produits forestiers Résolu se négocient sous le symbole RFP à la Bourse de New York et à la Bourse de Toronto.

Produits forestiers Résolu et d’autres sociétés membres de l’Association des produits forestiers du Canada, ainsi que des organismes environnementaux, sont partenaires de l’Entente sur la forêt boréale canadienne. Ce groupe s’active à identifier des solutions aux enjeux de conservation qui répondent à l’objectif du développement durable, soit de trouver un équilibre cohérent entre les trois piliers que sont les enjeux écologiques, sociaux et économiques, et liés aux activités humaines. Résolu est aussi membre du programme Climate Savers du Fonds mondial pour la nature (WWF), qui incite les entreprises à se fixer des objectifs ambitieux de réduction des gaz à effet de serre et à travailler volontairement et activement à l’atteinte de ces objectifs.