Guillaume Roy

Guillaume Roy

E-mail: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

J.D. Irving, l'une des plus importantes entreprises forestières canadiennes, a déboursé jusqu'ici 30 millions de dollars de plus pour exporter son bois d'oeuvre aux États-Unis depuis l'imposition par Washington de droits compensateurs et antidumping aux producteurs canadiens.
L'entreprise Technologies Élément de Val-d'Or a vu son chiffre d'affaires bondir de près de 75 % au cours de la dernière année. Son abatteuse-groupeuse de marque Eltec, construite de A à Z à Val-d'Or, est nouvellement exportée dans les forêts des quatre coins de la planète, notamment en Colombie-Britannique, en Russie et en Nouvelle-Zélande.
La MRC de Manicouagan estime que le financement provincial qui lui permet de venir en aide aux associations de villégiateurs pour l'entretien de leurs chemins forestiers est insuffisant.
Produits Forestiers Petit-Paris est une installation unique qui comportait plusieurs défis techniques majeurs.
Dans l’usine de Produits forestiers Petit-Paris (PFPP), les billots défilent à toute allure sur la nouvelle ligne de sciage pour le gros bois PHL. « On est passé à une autre génération de ligne de sciage, lance le directeur de l’usine, Martin Sirois. Il n’y a pas si longtemps, c’était encore des travailleurs qui tournaient les billes. »
Alors que les libéraux ont profité du congrès du Conseil de l’industrie forestière du Québec (CIFQ) pour dresser le bilan des actions prisent au cours des quatre dernières années à la tête du gouvernement, les partis d’opposition sont venus présenter comment ils souhaitent valoriser la forêt s’ils sont portés au pouvoir.
Je crois que les forêts font partie de la solution pour l’avenir de la planète. Je suis aussi un adepte du bois, notamment car c’est le seul matériau qui permet de produire un bilan carbone négatif. En d’autres termes, le bois ne permet pas seulement de réduire notre impact sur la planète, mais il a un impact positif en captant le carbone de l’atmosphère. Sans compter que c’est un matériau recyclable.
Dans le cadre de son congrès annuel, le Conseil de l'industrie forestière du Québec (CIFQ), a élu un nouveau président de Conseil d'administration ainsi que deux nouveaux membres.
Opérations forestières et Canadian Forest Industries lancent un sondage pour mieux connaitre les besoins et les réalités des entrepreneurs forestiers au pays. C'est un outil qui servira à convaincre les décideurs publics pour assurer l'avenir de l'industrie forestière.
Faire rayonner la relève est une priorité pour le magazine Opérations forestières. Pourquoi ? Parce que l’industrie est à la croisée des chemins, autant d’un point de vue du recrutement de la main-d’œuvre qu’en ce qui a trait à la révolution 4.0. Au cours des cinq prochaines années, 15 000 postes seront à combler dans l’industrie forestière. De la forêt à l’usine, et jusqu’au consommateur, les travailleurs sont de plus en plus spécialisés pour opérer des machines « intelligentes » qui collectent une foule de données. L’arrivée du « big data » en forêt génère plusieurs défis, mais aussi d’énormes opportunités pour faire des gains importants et pour se démarquer sur les marchés.
Québec s'est fixé des cibles ambitieuses en matière de lutte contre les changements climatiques dans sa politique de transition énergétique. Pour atteindre ses objectifs, la province compte sur ses ressources forestières. Un défi qui demande de revoir complètement le potentiel économique de nos forêts.
À la fin de l'année 2017, Chantiers Chibougamau a racheté l'usine de la compagnie Nexolia qui voulait démolir les installations.
C'est ce matin que la Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) a dévoilé le lauréat des Grands Prix santé et sécurité du travail, classe Organismes publics, dans la région de l'Outaouais.
Tous ruraux est une vaste mobilisation initiée par Solidarité rurale du Québec (SRQ) et portée par plusieurs partenaires qui vise à réaffirmer l’importance d’une ruralité forte pour l’ensemble des Québécois. L’objectif principal est de reconstruire les ponts entre urbains et ruraux afin qu’ils prennent conscience de leur interdépendance et complémentarité.






L'exploitation d'entreprises forestières génère de grandes quantités de résidus, composés principalement de l'écorce inutilisée des arbres. La plupart du temps, cette biomasse résiduelle est brûlée par l'industrie pour la production d'énergie. Mais pourrait-on trouver d'autres débouchés pour ces écorces? C'est à cette question que s'intéresse la biochimiste Isabel Desgagné-Penix, professeure à l'UQTR. En compagnie d'une équipe d'étudiants et de collaborateurs, la chercheuse travaille à extraire de ces résidus d'écorce des molécules intéressantes pour la fabrication de bioproduits sanitaires ou pharmaceutiques.
Mais est-ce que ce nouveau débouché peut créer une réelle valeur ajoutée pour les produits forestiers ?
Parmi toutes les armes disponibles pour lutter contre les changements climatiques, c’est la foresterie qui génère les plus grands bénéfices en matière d’atténuation, selon Évelyne Thiffault, pionnière dans le domaine de la recherche sur la biomasse. Ce qui ferait des travailleurs du secteur forestier des super héros des temps modernes.
En regardant Francis Brulotte assis au volant de sa toute nouvelle abatteuse Komatsu 931CX, on voit ses yeux s’illuminer comme un petit garçon qui vient de recevoir un nouveau jouet dont il rêve depuis des années. « J’ai toujours tripé sur Komatsu et particulièrement sur les moteurs Isuzu, parce qu’ils sont durables et ils ont une faible consommation d’essence », souligne l’homme de 27 ans.
Et je ne suis pas le seul à le penser. Récemment, c’est le Forestier en chef qui proposait d’augmenter la production de bois de 50 % d’ici 2050. Comment ? En intensifiant la production de bois dans certaines zones clés.
Produits forestiers Résolu a annoncé la sélection et la nomination de Yves Laflamme aux postes de président et chef de la direction de Résolu, et de membre du conseil d'administration. Il succède à Richard Garneau. L'annonce aujourd'hui du départ à la retraite de M. Garneau coïncide avec celle des résultats du quatrième trimestre et des résultats annuels de 2017 de la Société.
Page 1 sur 14

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience sur notre site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Pour en savoir plus, lisez notre politique de confidentialité.