Guillaume Roy

Guillaume Roy

E-mail: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

Le gouvernement du Québec investit 33 millions $ cette année et agrandit la superficie d’arrosage aérien dans le cadre de son programme de lutte contre un insecte nuisible qui fait des ravages dans les forêts québécoises.
Faire rayonner la relève est une priorité pour le magazine Opérations forestière. C’est pourquoi nous souhaitons connaître qui sont les étoiles de la relève forestière dans toutes les régions du Québec. 
L'Université TÉLUQ aura son réseau de reboisement et ligniculture. En effet, le Fonds de recherche du Québec - Nature et technologies (FRQNT) a octroyé deux nouvelles subventions dans le cadre du concours 2019-2020 du programme Appui aux réseaux d'innovation, dont une servira à mettre sur pied le Réseau Reboisement Ligniculture Québec (2RLQ) pour la période 2019-2022.
Québec souhaite protéger 80 % de l’habitat préférentiel du caribou forestier sans avoir d’impact pour l’industrie forestière. Pour y parvenir, le ministère de la Faune, de la Forêt et des Parcs (MFFP) compte notamment sur l’intensification forestière pour augmenter la possibilité forestière de quatre millions de mètres cubes au cours des cinq prochaines années.
Québec souhaite protéger 80 % de l’habitat préférentiel du caribou forestier sans avoir d’impact pour l’industrie forestière. Pour y parvenir, le ministère de la Faune, de la Forêt et des Parcs (MFFP) compte notamment sur l’intensification forestière pour augmenter la possibilité forestière de quatre millions de mètres cubes au cours des cinq prochaines années.
Après avoir été fermée depuis plus de 10 ans, l’usine de pâte kraft de Lebel-sur-Quévillon reprend vie grâce à un projet de relance mené par l’entreprise Chantiers Chibougamau. Cette nouvelle filiale, dénommée Nordic Kraft, devrait entrer en production en 2020, si les différentes sources de financement se confirment. Près de 100 millions de dollars ont déjà été investis dans le projet de 320 M $.
La filiale de Chantiers Chibougamau qui relance l’usine de pâtes et papiers de Lebel-sur-Quévillon mise sur une stratégie audacieuse pour recruter de la main-d’œuvre, en payant 16 étudiants qui désirent entreprendre un diplôme d’études professionnel de 1170 heures. Les candidats choisis recevront ainsi 23 400 $ pour étudier, avant d’accéder à un emploi leur permettant de gagner un minimum de 65 000 $ par an.
Le Centre en entrepreneuriat multi-ressources (CEMR) accueille ses 15 premiers entrepreneurs-étudiants, dans les locaux de l’ancien Juvénat Saint-Jean de Dolbeau-Mistassini.
Logset établira une filiale canadienne à Ottawa à compter du mois de mai 2019. Les nouveaux bureaux offrira des services de vente et de support techniques à tous les revendeurs Logset situés dans les Amériques, au Japon et en Australie. 
D’ici peu, Résolu souhaite déployer son propre réseau Internet privé en forêt, laissant présager de nouvelles possibilités pour l’industrie forestière.
Si on connaissait la taille et la hauteur de chaque arbre que l’on récolte en forêt, que ferait-on avec ces données ? C’est le défi auquel s’attaque Produits forestiers Résolu (PFR) depuis un an. Le plan : bâtir une énorme base de données pour mieux connaître les forêts et pour optimiser les opérations et l’approvisionnement des usines.
Outils de géolocalisation, ordinateurs performants à bord de la machinerie forestière, cartes ultra précises grâce à la technologie Lidar; l’arrivée des technologies en forêt est en train de révolutionner la manière de récolter des arbres. Et Produits forestiers Résolu compte bien tirer profit de la technologie pour améliorer l’efficacité des opérations en forêt. Reportage au cœur du virage technologique vers la foresterie 4.0.
Le ministère des Forêts de la Faune et des Parcs (MFFP), l’Université Laval, la Fédération des producteurs forestiers du Québec (FPFQ) et Domtar ont fait l’annonce d’une nouvelle chaire de recherche de leadership en enseignement en gestion durable des forêts privées, qui bénéficiera d’un montant de 145 000 dollars par année pour les trois premières années d’opération. 
Chaque entreprise dispose de sa propre recette pour innover. Lors du Carrefour Forêt 2019 présenté à Québec, cinq entreprises forestières sont venus présenter comment elles innovent en misant sur les partenariats, la gestion des ressources humaines, les processus de fabrication, le développement de nouveaux produits ou encore sur une meilleure gestion de l’approvisionnement.
L'intensité grandissante des feux de forêt et l'approche de la saison des incendies inquiète l'industrie forestière dont des membres étaient réunis cette semaine à Vancouver pour leur congrès annuel.
Le Syndicat des producteurs de bois du Bas-Saint-Laurent a récolté près de 1,2 million de mètres cubes de bois en 2018, ce qui représente la meilleure récolte enregistrée par le Syndicat depuis 1993.
En préparation de la saison des feux de forêt, les avions-citernes utilisés par la Société de protection des forêts contre le feu (SOPFEU) commencent leurs entraînements annuels. Ces exercices se tiendront dans les régions de la Capitale nationale et de la Mauricie du début avril à la mi-mai. Ces entraînements sont essentiels pour assurer la formation et la requalification des équipages de la flotte des 14 avions-citernes du Service aérien gouvernemental (SAG).
Alors que les ventes de papier représentaient plus de 75 % du chiffre d’affaires de Produits forestiers Résolu (PFR) en 2011, elles ont désormais fondu à moins de 50 %, alors que la vente de pâte, de papier tissu et de bois deviennent des moteurs de la croissance de l’entreprise.
À travers Softwood Lumber Board (SLB) (Conseil du bois d’œuvre résineux), les producteurs de bois investissent 14 millions de dollars par année pour faire croitre la part du bois dans la construction aux États-Unis en travaillant notamment sur les codes du bâtiment, sur la formation de professionnels, sur la communication publique et sur la recherche. 
La compagnie Produits forestiers Résolu a indiqué à la municipalité de Fort Frances que l'offre de Repap Resources Group (RRG) pour son usine désaffectée ne répondait pas à ses attentes.
Page 1 sur 17

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience sur notre site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Pour en savoir plus, lisez notre politique de confidentialité.