Opérations Forestières

Nouvelles Nouvelles de l’industrie
Arrêtons la fuite de capitaux de 100M$ vers les États-Unis!

6 juin, 2024  par Les Affaires


Nous remettons en question le refus de Québec de permettre aux entreprises du Québec assujetties au système de plafonnement et d’échange de droits d’émission (SPEDE) d’acheter des crédits de carbone disponibles au Québec afin de compenser leurs surplus d’émission de GES et de permettre aux PME du Québec de recevoir de l’argent pour compenser leurs efforts quotidiens de réduction.

Cette situation entraîne une fuite annuelle des capitaux de l’ordre de 100 millions de dollars (M$) puisque les entreprises qui ont des plafonds d’émission GES à respecter achètent plus de 97% de leurs crédits – selon les données du gouvernement – aux États-Unis. Nous proposons depuis plusieurs années que ces entreprises puissent avoir accès aux crédits de carbone, vérifiés sous des programmes reconnus, produits et disponibles au Québec sur le marché volontaire du carbone qui est, comme son nom l’indique, accessible à tous.

Car cela mène à des situations un peu absurdes. Ainsi Rio Tinto, qui achète des crédits de carbone sur le marché américain, ne peut pas acheter ceux qui sont générés par l’Église Notre-Dame de Laterrière à deux pas du complexe Rio Tinto de Laterrière, ou de Boisaco, une coopérative du Saguenay qui fabrique du bois d’œuvre et qui est située à une centaine de kilomètres d’Arvida.

Advertisement

Lire la suite


Imprimer cette page

Advertisement

Stories continue below