Opérations Forestières

En vedette Abattage Récolte
41 200 mètres cubes de bois échappent à Tembec

La MRC d'Abitibi-Ouest devra aller en appel d'offres pour la vente de de bois résineux sur pied.


22 août 2013
Par MRC Abitibi-Ouest

Sujets

La Sarre – La MRC d’Abitibi-Ouest se voit obligée de procéder à un appel d’offres pour la vente de ses 41 200 m3 de bois résineux sur pied, provenant d’un Contrat d’aménagement forestier (CtAF) que lui a octroyé le gouvernement du Québec, en 2012.

Après réception de la lettre envoyée par Tembec la semaine dernière, la MRC n’a d’autre choix que de retourner en appel d’offres, étant donné la fin de non-recevoir de l’entreprise quant au paiement de la juste valeur marchande des bois résineux alloués à la MRC.

Une municipalité ou une MRC ne peut, ni directement, ni indirectement et en aucun temps, subventionner une industrie. « La MRC ferait fi de ses responsabilités si elle ne prenait pas les moyens nécessaires pour obtenir la juste valeur marchande de ces bois. Cela serait aussi contraire aux objectifs multiples qu’elle poursuit », explique M. Daniel Rancourt, préfet de la MRC d’Abitibi-Ouest.

Advertisment

Mentionnons également qu’à l’instar des autres soumissionnaires potentiels, Tembec doit transformer le gros bois à l’extérieur de la MRC d’Abitibi-Ouest.

« Rappelons-nous qu’avant l’entrée en vigueur du nouveau régime forestier, 100 % du volume de bois était garanti aux entreprises forestières par le gouvernement. Aujourd’hui, c’est 75 % du volume de bois qui est garanti et 25 % qui est soumis à l’enchère. Ce processus, établi par le gouvernement, permet aux entreprises de combler leurs besoins d’approvisionnement. La démarche de la MRC s’inscrit dans cette nouvelle manière de faire », précise le préfet.

DE BONNE FOI
Rappelons qu’en 2012, il a été décidé par le conseil d’administration de la MRC d’Abitibi-Ouest de procéder par appel d’offres pour l’attribution des bois qui lui ont été alloués par le gouvernement du Québec.

Au terme d’un processus d’appel d’offres rigoureux, la MRC avait alors obtenu un juste prix pour la vente d’un premier lot de 34 090 m3 de bois résineux, dont plus de 12 000 m3 ont été acheminés à l’usine Tembec de La Sarre. « En tant que futurs gestionnaires d’une forêt de proximité, nous devons avoir les coudées franches pour la disposition des bois qui nous sont alloués. Cette responsabilité nous revient et nous sommes les mieux placés pour prendre les décisions qui en découlent », de dire M. Rancourt.

Considérant l’intérêt manifesté par Tembec à d’obtenir un deuxième approvisionnement forestier pour 2013-2014, la MRC et l’entreprise ont décidé de procéder par voie de négociations. La MRC accordait ainsi un droit de premier preneur à Tembec et cela, en toute bonne foi, consciente que ce privilège évitait le processus d’appel d’offres.

Le 26 juin, Tembec a déposé une offre à un prix bien inférieur au prix minimal fixé par les élus, sur la base des montants obtenus en 2012 dans un contexte similaire. « Par résolution, en date du 3 juillet dernier, le comité de négociations a été mandaté à poursuivre les échanges avec Tembec. Il était également résolu de retourner au processus d’appel d’offres si la valeur du mètre cube n’atteignait pas minimalement les 5 $ reçus l’an dernier », relate M. Rancourt.

Or, les négociations se sont brièvement poursuivies le 24 juillet, jusqu’au dénouement maintenant connu. « Depuis, nous avons reçu des offres spontanées supérieures à celle de Tembec, et ce, avant même que la MRC ne lance un appel d’offres », souligne le préfet.

UN BIEN COLLECTIF
Rappelons que les objectifs généraux d’une forêt de proximité sont de donner aux communautés un pouvoir de décision ainsi que certaines responsabilités liées à la gestion et à la mise en valeur d’un territoire forestier public et de certaines de ses ressources.

« Obtenir un juste prix pour la vente de notre bois est déterminant, tant pour la MRC que pour l’ensemble des municipalités du territoire », insiste Daniel Rancourt.

Il s’agit d’un nouvel outil essentiel pour permettre aux communautés de développer ou de consolider une expertise en matière de gestion du territoire forestier et de ses ressources. Cela peut notamment s’effectuer en diversifiant ses sources de revenus par le biais de travaux de récoltes et sylvicoles, de mise en valeur de la forêt, de carrières, de sablières, de protection et d’exploitation des ressources fauniques et par le développement d’activités récréotouristiques.

À PROPOS DE LA MRC D’ABITIBI-OUEST
La MRC d’Abitibi-Ouest est composée de 21 municipalités et de deux territoires non organisés. Elle est bordée au nord par le 49e parallèle et à l’ouest par la frontière ontarienne. Les activités agroforestières sont prédominantes sur ce territoire à caractère rural, où résident 20 820 personnes. Le principal mandat de la MRC est celui de l’aménagement et du développement de son territoire.