Opérations Forestières

Marchés Nouvelles de l’industrie
2015 sera meilleure que 2014

David Crowe, économiste en chef de la NAHB (National Association of Home Builders) croit que tous les signes pointent vers une très bonne année pour l'industrie du bois. Voici pourquoi.


18 février 2015
Par Guillaume Roy
David Crowe, économiste en chef de la NAHB Guillaume Roy

David Crowe, économiste en chef de la NAHB (National Association of Home Builders) croit que tous les signes pointent vers une très bonne année pour l’industrie du bois. Voici pourquoi.

1. Après un lent début d’année, la croissance du PIB américain a pris de la vitesse pour atteindre 3,8% lors des six derniers mois de l’année, alors que la moyenne annuelle a été de 2,4%.

2. Plus de 219 000 emplois ont été créés en 2014. Si l’on regarde seulement les six derniers mois, 280 000 emplois auraient été créés sur une base annualisée. Plus d’emplois signifient un plus grand pouvoir d’achat de maisons.

Advertisment

3. La confiance des consommateurs est en hausse, un élément critique pour faire l’achat d’une maison.

4. Tous les ménages qui ont repoussé leur achat pendant la crise seront bientôt prêts à faire un achat, en plus de tous les ménages qui devraient normalement acheter. C’est ce qu’on appelle la « demande refoulée » (pent-up demand).

5. Les propriétaires de maisons ont aujourd’hui un prix plus alléchant pour la vente de leur propriété, ce qui permet aux ménages d’envisager la vente pour la construction d’une plus grande maison.

6. Le bilan financier des ménages est équilibré, car les dettes équivalent, en moyenne, à une année de salaire.

7. Le revenu médian des ménages est en hausse.

8. Les taux d’intérêt sont bas.

9. Les entrepreneurs ont maintenant plus accès au crédit pour bâtir un inventaire de maison.

10. Au final, tous ces facteurs pointent vers une croissance de 3,4% du PIB américain en 2015 et de 3% en 2016.

Selon M. Crowe, le nombre de construction résidentielle devrait atteindre 1,7 à 1,8 millions d’ici quelques années, avant de revenir à la normale, entre 1,5 et 1,6 millions, en 2020.