Un vendeur de bois qui dépasse les attentes

Guillaume Roy
Février 25, 2016
Écrit par
En moins de deux ans en tant que vendeur de bois pour l’entreprise Goodfellow, Jordan Dery fracasse déjà des records, avec des ventes de près de 5 millions de dollars par an. Son secret : le diplôme d’études professionnel en classement des bois débités.

Quand Jordan a commencé à travailler pour Goodfellow, il ne connaissait pas grand chose à l’industrie du bois et son employeur lui a posé une condition : prendre un cours de 15 semaines à l’école de foresterie et de technologie du bois de Duchesnay. « Ça m’a vraiment aidé dans ma carrière. Je connais maintenant toutes les sortes de bois que l’on vend et je ne peux pas me faire prendre au piège », lance Jordan.

Ces aptitudes sont nécessaires pour une entreprise comme Goodfellow qui commercialise du bois franc, du résineux, du bois traité, du plancher et plus encore.

Et pas le temps de s’ennuyer. « Chaque jour est différent. On a constamment des défis de mieux connaître nos clients pour faire de bonnes ventes », lance le natif de Nelson, qui reçoit un salaire de base de 60 000 $. Avec les bonus, le salaire peut même atteindre 100 000 $. Pas mal pour un jeune homme de seulement 23 ans !

C’est son frère jumeau qui avait incité Jordan à essayer ce métier. Et le travail et le salaire sont si intéressants qu’il a convaincu un autre de ses amis à se joindre à l’équipe. Goodfellow croit tellement à la valeur du programme que l’entreprise a envoyé cinq autres jeunes se faire former cette année. Et la demande ne risque pas de s’arrêter, car Goodfellow compte ouvrir 15 cours à bois au Canada et aux États-Unis prochainement !

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Centre d'abonnement

 
Nouvel abonnement
 
Vous êtes déjà abonné?
 
Service à la clientèle
 
Voir Digital Magazine Renouvellement

Les plus populaires